In Non classifié(e)

Chaque jour, en moyenne 58 hommes reçoivent un diagnostic de cancer de la prostate. En plus d’être la forme de cancer la plus répandue chez l’homme après le cancer de la peau, il est la 3e cause de décès par cancer au Canada.

Détecter un cancer de la prostate à un stade précoce accroît considérablement les chances de réussite d’un traitement. Passer un examen de santé régulièrement et demeurer attentif aux symptômes est un bon moyen de prévenir et de diagnostiquer au plus vite un cancer, si cancer il y a.

Les tests pour le dépistage du cancer de la prostate

Il existe plusieurs tests qui sont utilisés lors du dépistage du cancer de la prostate.

    • Le test de l’antigène prostatique spécifique (APS)

Le test de l’APS est une prise de sang qui permet de vérifier la quantité d’APS (d’antigène prostatique spécifique) présente dans le sang. Il est normal de retrouver une petite quantité d’APS dans le sang, mais certains troubles de la prostate peuvent causer une hausse anormale.

  • Le toucher rectal (TR)

Il s’agit de la méthode la plus courante pour détecter un cancer de la prostate. Elle consiste à palper la prostate pour vérifier sa texture et déceler la présence d’inflammation.

  • L’imagerie par résonance magnétique de la prostate (IRM de la prostate)

L’IRM de la prostate est un moyen de dépistage de plus en plus prescrit par les médecins. L’imagerie par résonance magnétique de la prostate permet de produire des images en coupes des organes, tissus, os et vaisseaux sanguins du corps.

Pourquoi faire un test de l’APS ou un IRM de la prostate

Ces tests sont souvent utilisés avec le test du toucher rectal. L’utilisation de plus d’un test esttoujours plus efficace à l’utilisation d’un seul de ces tests. Il existe plusieurs raisons de faire un test de l’antigène prostatique spécifique ou un IRM de la prostate.

Le test de l’APS permet de:

  • Détecter le cancer de la prostate à un stade précoce chez l’homme malgré l’absence de signes et/ou symptômes de la maladie
  • Confirmer ou d’infirmer la présence de cancer chez les hommes présentant des signes et/ou symptômes liés au cancer de la prostate
  • Confirmer un diagnostic à la suite d’autres examens laissant croire en la présence d’un cancer
  • Établir un pronostic pour le cancer de la prostate
  • Savoir si le cancer s’est propagé à l’extérieur de la prostate
  • Faire la planification du traitement
  • Effectuer une surveillance active sur un homme atteint d’un cancer de la prostate étant sous traitement
  • S’assurer de l’efficacité des traitements
  • Déceler une récidive après un traitement

Pour qui l’IRM de la prostate et le test de l’APS sont-ils fait?

Les hommes de 50 ans et plus devrait discuter avec leur médecin des différentes alternatives disponible pour le dépistage du cancer de la prostate ainsi que des avantages et désavantages de ces différents tests. La société canadienne du cancer recommande également que vous parliez du test de l’APS à votre médecin si vous vous retrouvez dans l’une des catégories suivantes:

  • Vous êtes sur le point d’atteindre 50 ans
  • Vous avez des ant antécédents familiaux de cancer de la prostate ou êtes d’origine africaine
  • Vous présentez des symptômes du cancer de la prostate

Les bienfaits et risques du test de l’APS

Un test de dépistage de l’antigène prostatique spécifique peut aider à détecter un cancer de la prostate à un stade précoce. Le test peut cependant également causer une fausse alarme ou même faire passer à côté d’un cancer de la prostate qui lui serait bien présent. Pour toutes ces raisons, il est important de discuter avec votre médecin des bénéfices et des risques d’un test de l’APS.

Les bénéfices du test de l’APS

Le test de l’APS peut permettre de détecter un cancer de la prostate à un stade précoce. La prise en charge rapide d’un patient peut améliorer considérablement les chances de réussite des traitements.

Les risques du test de l’APS

Résultat faux positif: Ce type de résultat au test de l’APS ferait croire à un cancer alors qu’en réalité l’homme n’est pas atteint par la maladie. Ce type de résultat arrive assez souvent et 25% de ces résultats est réellement un cancer. Ce type de résultat peut créer de l’anxiété inutile chez l’homme en plus de parfois occasionner des examens inutiles tels que des biopsies à répétition.

Résultat faux négatif: Ce type de résultat inversement au résultat précédent indique un taux normal d’APS dans le sang malgré la réel présence d’un cancer de la prostate. Le taux d’échec de dépistage du test de l’APS est d’environ 15%.

Surdiagnostic: Un surdiagnostic survient lorsque l’on diagnostic un cancer de la prostate qui n’aurait jamais nécessité l’administration de traitement et/ou qui aurait pu menacer gravement la santé de l’homme. Des recherches démontrent que de 23% à 42% des cancers détectés par un test de l’APS pourrait ne jamais avoir eu besoin de traitement. Cependant, la plupart des hommes recevant un diagnostic, préfèrent recevoir un traitement. Des traitements non nécessaires peuvent augmenter le risque d’être atteint de troubles de dysfonctionnement érectile et d’une perte du contrôle de la vessie. .

Comment se déroule un test de l’APS?

Un test de l’APS est une prise de sang analysée en laboratoire. Comme l’éjaculation peut influencer le taux d’APS, il se peut que l’on vous demande de ne pas éjaculer pendant une certaine période précédant le traitement.

Il est important que vous disiez à votre médecin si vous prenez des médicaments pour les troubles suivants:

  • Hyperplasie bénigne de la prostate
  • Une prostatite
  • Des troubles urinaires
  • La calvitie

Ces médicaments peuvent influencer votre taux d’APS.

Plus d’information sur l’imagerie par résonance magnétique de la prostate?

Pour plus d’information concernant le test de l’APS ou pour en savoir davantage sur l’IRM de la prostate, communiquez avec les spécialistes de Steinberg Urologie. Ils se feront un plaisir de répondre à toutes vos questions en plus de vous diriger vers la meilleure solution pour votre situation.

 

Consultez un spécialiste pour plus d’information sur le test de l’APS et sur le dépistage du cancer de la prostate.

Recent Posts